Multirisque immeuble

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​

 

 

Obtenez une étude personnalisée

 

Vous êtes administrateur de biens, une de vos principales missions est de vous assurer que les copropriétés dont la gestion vous a été confiée sont bien garanties. Les assureurs proposent des garanties essentielles en cherchant à optimiser qualité et prix. C’est sur ces critères que les syndicats de copropriété valideront vos propositions d’assurance. Dans ce sens, l’assurance de copropriété propose, en plus des garanties de base (Incendie, Dégâts des eaux, Vol, Bris de glace, Responsabilité Civile, Catastrophes Naturelles/événements climatiques, Attentats et actes de terrorisme, Catastrophes technologiques) :

  • la garantie « Pertes indirectes »,
  • la garantie « Effondrements »

 

Que garantit le contrat multirisque immeuble ? 

Le contrat Multirisque Immeuble couvre les parties communes ainsi que les parties immobilières privatives en Dommage et en Responsabilité civile. Les règlements de copropriété imposent aux syndics de souscrire pour le compte du syndicat des copropriétaires un contrat d’assurance « Multirisque Immeuble ». De plus, depuis la loi Alur du 24 mars 2014, les dispositions de cette loi prévoient une obligation d’assurance de Responsabilité civile uniquement pour le syndicat des propriétaires.

 

Comment comprendre les garanties de son contrat d’assurance immeuble ?

De nombreuses offres sont proposées. Il est donc essentiel de bien prendre connaissance des garanties et de lire les conditions générales et particulières de son contrat immeuble et avec des compléments qui peuvent être proposés. 

 

 

Il est essentiel de sensibiliser les propriétaires en copropriété, sur l'obligation d'assurance depuis l’entrée en vigueur de la loi Alur, article 9-1, créé par la loi n°2014-366 du 24 mars 2014 : " Chaque copropriétaire est tenu de s’assurer contre les risques de responsabilité civile dont il doit répondre en sa qualité soit de copropriétaire occupant, soit de copropriétaire non-occupant… ” Concernant les propriétaires de biens qui ne sont pas en copropriété, cela reste fortement conseillé. En effet, en cas de gros sinistre de type incendie ou dégâts des eaux par exemple, les conséquences financières pourraient s’avérer catastrophique pour un propriétaire qui ne serait pas assuré.