Impôt : exonération pour la location meublée d’une partie de la résidence principale
13/05/2019

Thumbnail [16x6]

En cas de location ou d'une sous-location meublée d’une partie de sa résidence principale, les loyers que perçoit le bailleur sont exonérés d’impôt sur le revenu à la double condition que :
- les pièces louées constituent pour le locataire ou sous-locataire en meublé sa résidence principale (ou temporaire, s’il occupe un emploi saisonnier) ;
- le prix de location « demeure fixé dans des limites raisonnables ».

Pour remplir cette dernière condition, le loyer annuel ne doit pas dépasser un plafond annuel par mètre carré de surface habitable (charges non comprises), variable selon les régions. Les montants sont actualisés chaque année en fonction de l’indice de référence des loyers publié par l’Insee. Pour 2019, ils s’élèvent à 187 € en Ile-de-France, et à 138 € dans les autres régions.

Autres articles

Débat sur l’appartenance à la résidence principale d’un studio attenant

Pour être exonéré de plus-value, un logement doit constituer la résidence principale du vendeur au jour de la vente. La règle est simple, sauf lorsqu’il s’agit d’un studio attenant ! Débat tranché par la Cour d’appel.

Les délais d’exonération de la résidence principale

Quel délai pour vendre sa résidence principale et bénéficier de l'exonération ?

Pas d’abattement pour les résidences principales en SCI

L’abattement de 30% de la valeur déclarée pour l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) n'est pas applicable si la résidence principale est détenue par une société civile immobilière.