Immobilier, la fiscalité est adoucie pour les expatriés
08/01/2019

Thumbnail [16x6]

Les expatriés le savent bien. Lorsque l’on part s’installer à l’étranger, il est souvent plus prudent  de garder son logement en France. D’autant que d’un point de vue fiscal, un non-résident bénéfice d’une exonération totale d’impôt sur les plus-values réalisées lors de la cession de son bien s’il le garde pour son usage personnel. Même s’il s’agit d’une résidence secondaire. Mais l’exonération ne s’applique que pour la cession d’une seule résidence par contribuable. En cas de mise en location, c’est un  abattement de 150 000 euros qui s’applique sur les plus- values de cession.  Mais il faut que la vente s’effectue dans les 5 ans après le départ !
Le gouvernement a décidé d’assouplir cette règle en faisant passer, depuis le 1er janvier 2019, ce délai à 10 ans. Et en créant une exonération spécifique pour les résidences principales vendues dans l’année suivant le départ de France. Mais attention, la nouvelle règle exclut qu’un même contribuable puisse bénéficier d’une exonération de plus-values sur la cession d’une résidence secondaire, après avoir bénéficié de l’avantage pour sa résidence principale.

Autres articles

Spéculation immobilière : Saint Barth met un coup de frein

La taxe sur les plus-values immobilières, qui s'applique à Saint-Barth également à la résidence principale, s'élèvera à 35% si le vendeur occupe son bien depuis moins de cinq ans, au lieu de 20% en cas d'occupation antérieure.

Expatriation avant la cession de la résidence principale : le Conseil constitutionnel est saisi

Une personne qui a quitté la France au jour de la cession de son ancienne résidence principale bénéficie au mieux d'une exonération partielle de sa plus-value, l'exonération totale étant réservée aux résidents. Cette règle d'imposition fait l'objet d'une question prioritaire de constitutionnalité

Réductions d’impôts : Qui peut vraiment en profiter ?

L'allègement d'impôt prévu en faveur des contribuables modestes n'est pas applicable aux non-résidents. Ils devront rembourser l’allégement trop perçu.