Premier ralentissement du prix du foncier agricole
04/05/2017

Thumbnail [16x6]

2016 confirme une augmentation du prix des terres, des vignes et des forêts. Dans un contexte de taux bas et de timide reprise économique, l’investissement en foncier rural est toujours très demandé en diversification de patrimoine. Cependant, la baisse des revenus agricoles entraîne pour la première fois un ralentissement du prix du foncier agricole. Le marché des forêts reste très soutenu et la demande est toujours supérieure à l’offre alors que les prix du bois baissent, sauf pour le chêne.
En viticulture, malgré un millésime 2016 qui a encore connu une récolte à la peine, le marché des vignes se redresse depuis plusieurs années. Le difficile exercice du « mix » volume-prix se confirme. Les trésoreries restent tendues et les stocks baissent dans certaines régions. Seul le segment haut de gamme est capable d’absorber de fortes hausses du prix à la bouteille. Les marchés à l’exportation sont plus que jamais les bienvenus.

https://group.bnpparibas/uploads/file/bnpp_rapport_agrifrance_fr.pdf

Autres articles

L'urbanisation des terres repart à la hausse

La vente de terrains destinés à l'urbanisation repart à la hausse depuis deux ans, menaçant la surface agricole en France, s'inquiète la Fédération nationale des Safer, sociétés d'aménagement de l'espace rural.

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l’investissement locatif en 2017 ?

Pour la cinquième année consécutive, le Crédit Foncier a réalisé une enquête auprès de ses clients pour mieux connaître les attentes et motivations des particuliers qui investissent dans l’immobilier.

Immobilier : pourquoi l’ouest parisien n’a plus la cote ?

Selon les notaires franciliens, le marché immobilier résidentiel s’est profondément restructuré dans Paris depuis 25 ans.